Le Chanteur de Gaza / un film réalisé par Hany Abu-Hassad

Vidéo

Abu-Hassad, Hany. Metteur en scène ou réalisateur. Scénariste | Zoabi, Sameh. Scénariste | Assal, Ehab. Photographe | Salman, Eyas. Metteur en scène ou réalisateur | Hanna, Habib Shehadeh. Compositeur

Edité par Idol Film Production - 2015

L'incroyable et véridique histoire de Mohammed Assaf. Ce jeune homme ambitieux souhaite plus que tout réussir à concrétiser son rêve : devenir un grand chanteur. Aussi décide-t-il de voyager sans passeport de la bande de Gaza jusqu'en Egypte afin de participer à l'émission télévisée "Arab Idol". Une bien émouvante histoire, servie par un cinéaste qui sait résister à l'émotion facile et n'instrumentalise pas le contexte politique local. "Le Chanteur de Gaza" est d'abord un beau récit d'apprentissage, de persévérance, d'espoir et de courage. Mais il n'oublie pas pour autant d'exposer la situation impossible des Palestiniens et, plus encore, des Gazaouis.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Tel Aviv on fire / Sameh Zoabi, réal. | Zoabi, Sameh. Metteur en scène ou réalisateur. Scénariste

Tel Aviv on fire / Sameh Zoabi, réal.

Vidéo | Zoabi, Sameh. Metteur en scène ou réalisateur. Scénariste | 2018

Salam, 30 ans, vit à Jérusalem. Il est Palestinien et stagiaire sur le tournage de la série arabe à succès "Tel Aviv on Fire !" Tous les matins, il traverse le même check-point pour aller travailler à Ramallah. Un jour, Salam se f...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Le Chanteur de Gaza 4/5

    Le Chanteur de Gaza (Drame de Harry Abu-Assad, Palestine) Un jeune palestinien prend son destin en main pour réaliser son plus grand rêve : chanter Le Chanteur de Gaza est tiré de l'histoire vraie de Mohamed Assaf, un habitant de Gaza ayant remporté l'émission de télé Arab Idol. Il devient alors la fierté de la ville meurtrie palestinienne. Un jeune réfugié palestinien, surnommé « Tigre » devient une star dans son territoire de Gaza, puis dans le monde arabe tout entier, après avoir remporté un concours de chansons organisé par la TV. Bien évidemment il faut n'avoir rien contre la musique arabe et la chanson pour apprécier le film, sinon autant rester chez soi, mais si vous aimez, alors vous serez enchanté par la voix sublime, même à cappella, de ce jeune homme, J'ai particulièrement apprécié le jeu des acteurs-enfants de Gaza dans la 1ère moitié du film ou la détermination des gamins à construire leur propre vie dans ce pays totalement en ruines est admirable. Le petit groupe se bat pour se procurer des instruments de musique afin d'animer des mariages et collecter un peu d'argent pour aller plus loin. Tous sont conscients que l'un d'entre eux a une voix exceptionnelle qui pourrait les aider à les sortir de leur condition. Sa propre sœur du jeune chanteur, la plus tenace et la plus motivée et dynamisante de la bande parce qu'elle croit totalement en son frère va bientôt s'éteindre d'une insuffisance rénale non soignée faute de moyens. Son leit-motiv : il faut croire en soi pour pouvoir changer le monde. Un jeune coach prendra la relève, persuadé lui aussi de son brillant avenir. La deuxième moitié est plus convenue s'apparentant davantage aux émissions de T.V telles The Voice ou La Nouvelle Star, sans toutefois le stress de sa sélection sur 6 semaines, ce qui fait qu'on est parfois frustré de ne pas avoir pu vivre à plein ses doutes et ses efforts pour se hisser à la dernière marche de la compétition. Une jeune malade dont il est épris croit en lui et le convaincra d'aller jusqu'au bout en dépit des difficultés. Un très beau film parfois larmoyant dans la lignée du « Lion » de (ici c'est « Le Tigre) qui nous permet grâce à une exploration en taxi de constater l'état actuel de Gaza en ruines et l'exceptionnelle résilience/résistance humaine qui s'organise même dans le chaos total (récup', débrouille, jeunes talents – athlètes sautant avec agilité d'un immeuble en ruines à un autre )

    par Mme BOULET Brigitte Le 18 octobre 2020 à 19:55