L' or : la merveilleuse histoire du général Johann August Suter / Blaise Cendrars

Livre

Cendrars, Blaise (1887-1961). Auteur

Edité par Gallimard. Paris - 1973

Voir la collection «Folio»

Autres documents dans la collection «Folio»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Pourquoi personne ne porte plus le caïman pour le mettre à l'eau / Blaise Cendrars | Cendrars, Blaise (1887-1961). Auteur

Pourquoi personne ne porte plus le caïman pou...

Livre | Cendrars, Blaise (1887-1961). Auteur | 2007

Partir : poèmes, romans, nouvelles, mémoires / Blaise Cendrars | Cendrars, Blaise (1887-1961). Auteur

Partir : poèmes, romans, nouvelles, mémoires ...

Livre | Cendrars, Blaise (1887-1961). Auteur | 2011

Après une introduction présentant la vie et l'oeuvre de B. Cendrars, des poèmes, tels que Les Pâques à New York et Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France, Le Panama ou les aventures de mes sept oncles, Feuilles de...

Rhum : l'aventure de Jean Galmot | Cendrars, Blaise (1887-1961). Auteur

Rhum : l'aventure de Jean Galmot

Livre | Cendrars, Blaise (1887-1961). Auteur | 1960

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Court et percutant ! 5/5

    L'Or de Blaise Cendrars : La vie aventureuse d'un homme ruiné ! Le livre est la biographie du Général Suter. D'origine suisse, Suter quitte endetté son pays et part à l'aventure en Californie où il fera fortune grâce à l'agriculture dans la première moitié du XIXe siècle, après avoir acheté des terres au Mexique. Alors que deux fois, il était en passe devenir l'homme le plus riche du monde, il fut deux fois ruiné par la découverte d'or sur ses terres en 1848 et par la grande ruée vers l'or qui s'ensuivit. Son terrain et ses biens furent pillés par les squatters. L'aide de sa famille suisse n'y changera rien. Tout ce qu'il s'était donné tant de mal à construire fut systématiquement dévasté. Quand il décida de se ressaisir, en lançant des actions juridiques, c'était déjà trop tard la Cour suprême annule en 1864 son titre de propriété ; malade et affaibli, il finit par mourir fou. (Son nom sera orthographié avec 2 "t" en Amérique). Ce qui fait la force de ce roman et pourquoi je l'ai beaucoup aimé Tout d'abord, c'est un roman biographique court et condensé ; il développe des valeurs de courage, de volonté et d'obstination. Un homme qui passera sa vie à se reconstruire... Quelle injustice ! Ensuite, le style d'écriture est brut et efficace avec des chapitres très courts et percutants. Zweig en a repris l'écriture de façon plus romancée dans "Les très riches heures de l'humanité" mais je ne l'ai pas lu même s'il se dit qu' il est très bon aussi (et j'adore Zweig !) Autres livres : Moravagine/Rhum/ L'Argent/La main coupée/Bourlinguer/J'ai saigné/L'homme foudroyé/Poésie complète/Anthologie nègre/Prose du transsibérien et autres poèmes

    par Mme BOULET Brigitte Le 10 mars 2021 à 19:37