Sérotonine / Michel Houellebecq

Livre

Houellebecq, Michel (1956-....). Auteur

Edité par Flammarion. Paris cedex 13 - 2019

Le narrateur, Florent, un expert en agroalimentaire qui a renoncé à sa carrière, livre un récit sur les ravages d'un monde en mutation en dépeignant une France qui piétine ses traditions, banalise ses villes et détruit ses campagnes.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Anéantir / Michel Houellebecq | Houellebecq, Michel (1956-....). Auteur

Anéantir / Michel Houellebecq

Livre | Houellebecq, Michel (1956-....). Auteur | 2022

  • Anéantir

Extension du domaine de la lutte / Michel Houellebecq | Houellebecq, Michel (1956-....). Auteur

Extension du domaine de la lutte / Michel Hou...

Livre | Houellebecq, Michel (1956-....). Auteur | 2010

  • Extension du domaine de la lutte

Sa vie est une succession de déceptions banales, les repères sociaux s'effritent, il va perdre son emploi, il ne trouve pas de femme, l'enfance est finie. Au-dessus de lui, il sent grandir l'aile sombre de la dépression. L'apprent...

Lanzarote / Michel Houellebecq | Houellebecq, Michel (1956-....). Auteur

Lanzarote / Michel Houellebecq

Musique audio | Houellebecq, Michel (1956-....). Auteur | 2021

  • Lanzarote
  • Ecoutez lire

"Vous avez passé une bonne journée ? attaquai-je avec décontraction. J'ai supposé que vous aviez fait l'excursion pour Fuerteventura. - C'est exact". Il secoua la tête avec indécision avant de répondre : "C'était nul ; complètemen...

Chargement des enrichissements...

Avis

Avis des lecteurs

  • Formidable (sauf la fin) 4/5

    Sérotonine de Michel Houellebecq (il était temps, son prochain - Anéantir - vient de sortir) Mes impressions : Monsieur Houellebecq, pourquoi je vous aime ? Parce que vous me faites tout le temps rire même quand il vous arrive le pire. Je n'ai pas encore lu toute votre œuvre, pourquoi ? Parce que je suis toujours, à cause de vous, sur la défensive. Vous sortez un nouveau bouquin, oui, il va falloir encore le décortiquer, lire les critiques, entendre les gens s'écharper, se farcir l'accablé, le sinistre à la télé, l'entendre dire pour la énième fois qu'il est un écrivain raté voire plus, qu'il est un écrivain raté qui n'a rien à dire et nous fiche le bourdon pendant 2 j. tandis que la flamboyante Amélie, est fière de nous présenter son bijou de l'année elle jubile, triomphe nous convainc de le lire manu militari (si j'ose dire) ce que nous faisons sur le champ (de bataille évidemment), chapeau Madame ! Sitôt sorti, sitôt lu. Pour Michel, c'est un peu différent, on hésite, tâtonne, on se tâte, on avance à quatre pattes, on recule aussi. Ca dépend des fois, on y va, on n'y va pas, je finis toujours par y aller, mais avouez, là on est déjà « au suivant » : ANEANTIR (titre annonciateur d'un nouveau désastre) et il nous aura fallu un an pour commenter le précédent SEROTONINE. Michel, lui à la sortie d'un de ses livres je sais qu'il va encore me miner (normal me direz-vous avec votre nom de famille...) ! Et puis, progressivement je vais m'arranger pour l'offrir à quelqu'un qui l'apprécie (généralement mon beau-père ex-mineur et qui m'a transmis son nom), ou mon fils, autre boulet, puis, dès sa lecture, leur demander de me le passer ! Voilà, une fois de plus, j'aurais réussi à esquiver et échappé à la corvée de l'achat (que je n'aime pas cette couverture !) Puis, comme c'est le cas ici, je le lirai et dès les premières pages, je commencerai à me marrer... Plus il est triste, plus il est sinistre, anxieux, glauque et plus il me fait rire. « Voilà Monsieur : comme tous les livres de vos débuts, la magie Houellebecq fonctionne, à chaque fois en ce qui me concerne. Je vous trouve tout à fait doué, la vérité, c'est que je vous crains. » Je redoute, en tant que lectrice de ne pas être à la hauteur, mais finalement je le sens bien, je suis ses doutes, ses errances, ses nombreuses divagations ses c....ies. Parfois scandalisée par ses outrances sexuelles misérables qui se traduisent souvent par des éclats de rire de bon aloi ou de circonstance. Son livre : Dans ce livre qui nous parle beaucoup de sexualité tarifée (ou non) de moral en berne, de questionnements sur sa formation et ses choix professionnels, le jeune Michel a un avenir des plus prometteurs dans le secteur agro-alimentaire et noue une belle amitié avec le descendant d'un bras droit de Guillaume le Conquérant, la famille d'Harcourt dans le Cotentin. Il dépense sans compter dans les restaurants et hôtels, a beaucoup de mal à se fixer, s'interroge sur la poursuite de son métier qui le met mal à l'aise. Il réussit tout de même, entre deux passes à avoir le cœur et la tête bien occupés, mais tel le connard qu'il est, finit stupidement par perdre la femme de ses rêves, la femme belle, amoureuse, intelligente, brillante, qui l'admire et s'est donnée à lui, la seule qui pouvait le stabiliser, le comprendre, lui redonner confiance en lui ! (en sortant d'un hôtel de passe avec une prostituée, il tombe directement sur elle – ca c'est du Houellebecq pur jus !) Stupidité, la base même de sa vie – sa vie en décalé. Le ton de Sérotonine est à l'égal de ses autres romans : pathétique. Les ennuis, il les a parce qu'il les a cherchés : c'est précisément ce que j'aime chez lui : cette omniscience ! Si sa vie est ratée, c'est parce qu'il est convaincu d'être un raté, un pauvre type, un looser (il vient de nous en donner un brillant exemple). Il ne cache rien, avoue ses faiblesses. Il n'en tire bien sûr aucune gloire car il est capable de construire sa propre thérapie par le biais de l'écriture (une scène de son livre aura probablement été reprise dans le film Albatros : son ami de la famille d'Harcourt, devenu agriculteur convaincu et militant se suicide d'une balle de fusil dans le menton en pleine manif'). Je n'ai pas du tout aimé la fin du roman qui m'a laissée dubitative et déçue (je n'aime pas les fins évasives) mais la lecture de ce livre a été pour moi encore une belle expérience de rire, de larmes et d'émotion. Encore une fois, merci Michel ! J'essaierai d'offrir « Anéantir » rapidement à quelqu'un (et de lire les autres !) - Lanzarote me tente beaucoup !

    Mme BOULET Brigitte - Le 04 janvier 2022 à 17:42